Les Fiançailles Mariage Perso

Comment j’ai fait ma demande

la demande

Comment tenir un blog mariage, vous aider à choisir votre bague de fiançailles et vous conseiller dans votre démarche sans vous faire la narration de ma propre aventure. Je vais donc vous raconter « comment j’ai fait ma demande », en prenant soin de vous expliquer le contexte et mes prérequis.
Je vous livre ici une part importante de mon histoire !

Une demande au bout de 5 ans

Je n’ai pas été le plus rapide des garçons pour ma demande. Alors que certains se marient au bout d’un an, j’ai quant à moi patienté 5 ans avant de lui demander sa main.
Selon moi, il n’y a pas de date à respecter ou d’agenda prédéfini à l’avance. Chacun fait à son rythme. Par contre, j’imagine que pour madame le temps a dû lui paraître long. Je la soupçonne même d’avoir laissé tomber l’idée de me voir à genoux.

Pourquoi avoir attendu 5 ans ?

J’ai attendu 5 ans pour offrir la bague, mais j’ai commencé l’organisation un peu avant notre quatrième année de relation.
A l’origine de notre histoire je n’avais pas dans l’idée de me marier. Ni à l’église, ni même à la mairie. Ce n’est pas que je n’étais pas amoureux, bien au contraire, mais je ne voyais pas réellement l’intérêt. Quant au sujet religieux… Mais l’idée a fait son petit bonhomme de chemin.
Ai-je pensé que j’allais perdre ma liberté ? Non pas vraiment. Je ne sais pas si cette image est une légende urbaine mais cette idée ne m’a jamais traversé l’esprit.

J’ai donc réellement commencé à y penser vers la fin de la troisième année. Par quoi commencer, quelle bague, quelle bijouterie, quelle demande, où, quand et comment ??? Je me suis posé des tonnes de questions mais la date m’est apparue assez clairement. « Je ferais ma demande pour nos 5 ans ! ».

Le choix de la bague de fiançailles

J’avais donc un peu plus d’un an pour trouver comment faire ma demande, choisir la bague et surtout… économiser en cachette pour l’acheter.
J’étais dans le flou concernant pas mal de sujets, par contre j’étais déterminé : Je voulais faire une demande authentique et lui offrir une bague qu’elle ne verrait que sur peu de femmes.

Pour le choix de la bague, j’avais déjà sondé l’esprit de madame pour savoir qu’elle voulait un solitaire en or blanc et taille princesse (diamant carré). Ça n’avance pas beaucoup mais ces quelques informations m’ont aidé à faire le tri.
Après quelques semaines de recherche et après avoir fait le tour de pas mal de bijouteries, je suis arrivé à la conclusion que je ne trouverai pas mon bonheur en magasin.
Ayant une idée très précise de ce que je voulais, je suis allé voir un joaillier afin de lui demander de créer une bague de fiançailles unique et sur mesure.

dessin bague fiancailles

La création de la bague s’est faite en quatre grandes étapes :

  1. Afin d’avoir une base de travail, le joaillier a commencé par esquisser un dessin en fonction de mes remarques et de mes idées.
  2. Il m’a proposé plusieurs diamants de budgets et de tailles différents.
  3. La bague fut maquettée en cire pour une validation avant la création du bijou définitif.
  4. Une dernière validation avant que les diamants ne soient définitivement sertis.

bague de fiancailles

Entre l’idée sur papier et avant que la magie n’opère il s’est passé quelques mois. Le temps d’économiser.

Les économies

La partie économie n’est pas la plus intéressante de mon histoire. Je ne vais donc pas m’attarder dessus. Sachez néanmoins que lorsque vous avez un compte commun, mettre 50 euros de côté sans que votre compagne le sache, c’est un vrai challenge.
J’ai donc dû ruser… J’ai demandé à mon employeur de verser les éventuelles primes sur un autre compte et fais des petits boulots à droite, à gauche, le soir et le week-end. Si votre future femme a comme la mienne, un œil sur le compte bancaire, il vous faudra recourir à des cachotteries dans cet esprit.

L’idée de la demande

Le choix d’une bague de fiançailles n’est déjà pas simple mais trouver « la bonne façon » de faire la demande… ça, c’est un vrai challenge.
Il y a des milliers de façons de le faire et en même temps, très peu qui pouvaient me convenir.
Il y a quelque chose que je ne sais vraiment pas faire, c’est faire les choses simplement ! Du coup, j’ai voulu faire une demande originale qui réunissait tout ce qu’elle aime et surtout que cette demande soit unique.
Offrir des fleurs, déjà vu. La demande au resto, déjà vu. La demande en montgolfière, déjà vu. Alors quoi faire ?

J’ai listé ce qu’elle aimait le plus pour essayer de voir s’il en ressortait quelque chose.
Le shopping (comme beaucoup de femmes) et notamment les chaussures, dormir devant la télé du salon, dormir devant la télé de la chambre, les bons restos, le soleil et la plage, la famille, les amis…
J’ai eu quelques idées. Des bonnes, des moins bonnes, des idées complètement folles et des idées irréalisables. Et puis, j’ai eu « l’idée » ! Elle demandait un peu de logistique, d’organisation et un peu d’aide.

Le jour J

Quelques semaines auparavant nous avions décidé de tester un nouveau restaurant pour nos 5 ans. En vue de ma surprise, je n’ai jamais fait la réservation et bien sûr je ne lui ai rien dit.
Le jour J, nous nous sommes faits beaux comme si nous allions sortir. Mais j’avais une toute autre idée en tête.

Alors que nous étions sur le point de partir, j’ai interpellé ma belle et l’ai faite s’asseoir à la table du salon le dos à l’entrée.
Puis j’ai entrouvert la porte d’entrée de notre appartement avant d’aller m’asseoir à mon tour en face de la plus belle des femmes.

« Chérie, nous devions aller au restaurant, mais finalement, c’est le restaurant qui vient à nous ! »

En parfaite synchronisation avec la fin de ma phrase, l’un de mes amis accompagné de ma belle-sœur s’invitent dans l’appartement. L’un tient un grand plateau tandis que l’autre débute le dressage de la table. Nappe blanche, assiettes, verres, couverts et un joli centre de table fleuri font leur apparition aussi vite que les deux convives disparaissent.

« On ne va pas au resto ? »

Pragmatique, madame s’interroge. Qu’est-ce qu’ils font là ? Ils dînent avec nous ? Qu’est ce qui se passe ? Je la vois sourire. Ses yeux brillent, ils sont magnifiques.

Toc, toc, toc, quelqu’un rentre à nouveau dans l’appartement. Toute vêtue de blanc, une jeune femme s’approche de la table et se présente. C’est Emilie Lang, ancienne des cuisines du Ritz et qui sera notre chef pour la soirée.
Au programme, velouté d’asperges blanches au sel de truffe, tataki de saumon à l’aneth et aux baies de roses et ­brochette de poulet caramélisé au miel ­et au gingembre pour les amuse-bouche.
En entrée, foie gras de canard en gelée de cerise et hibiscus avec une fraise farcie au foie gras. Pour le plat, la chef nous annonce ­un bar de ligne mariné au mirin et soja, avec une émulsion curry-­curcuma et des ravioles de légumes croquants. Pour clouter ce repas, ­espuma de lait­ et mascarpone accompagné de fruits rouges à la vanille. Puis Emilie se retira.

A partir de cette minute, une véritable « valse de service » se mis en place.
– Mon père et ma mère nous servent un kir en apéritif et les amuse-bouche.
– Caroline et Nicolas, un couple d’ami, nous apportent les entrées. Sa maman nous fait le service du pain et quelques minutes après, son père nous sert le vin blanc et l’eau.
– L’une de ses meilleures amies dresse les nouveaux couverts afin de poursuivre le repas.
– Une autre de ses meilleures amies ainsi que son frère nous font le plaisir d’apporter le plat de résistance.
– Le dessert sera servi par une autre meilleure amie.

Ce fut un très bon repas, ponctué d’émotion et de larmes. J’ai réuni autour de ma belle sa famille et ses amies tout en gardant le côté romantique d’un dîner en tête à tête.
Mais l’histoire ne s’arrête pas là !

Quelques minutes après le dessert, j’avais donné la mission à mon petit frère et à ma petite sœur de nous apporter deux coupes de champagne et… une surprise.

Je me suis levé de table et je me suis approché de ma belle. Je l’ai embrassé, j’ai trinqué avec elle et partagé une gorgé de champagne. Un clin d’œil rapide à ma sœur, signe qu’il était temps de m’apporter l’écrin et la tant attendue bague de fiançailles.
Je place un genou à terre, ouvre l’écrin, saisis la bague et lui demande…

« Melle, voulez-vous devenir ma femme ? ».

Il se passe quelque chose de surnaturel entre la demande et la réponse. Les secondes se transforment en minutes, comme si, le temps s’arrêtait et que tout devenait très lent autour de moi.
J’entends chaque battement de mon cœur et je vois ruisseler lentement les larmes le long de ses joues.
Je m’interroge… Est-ce que j’ai tout bien fait ? Pourquoi n’ai-je pas récité la déclaration d’amour que j’avais apprise par cœur ? Va-t-elle dire oui ?

« oui »

Dit-elle entre deux sanglots.
Je me relève plein de fierté, avant de la serrer très fort dans mes bras et lui dire combien je l’aime.

champagne

Une fois la réponse promulguée, tous les participants de cette magnifique aventure qui attendaient derrière la porte, nous ont rejoints bouteilles de champagne à la main afin de partager notre joie et quelques petits fours sucrés.

C’est en famille et entourés de nos amis que se finit cette soirée.
Une soirée où je suis devenu un homme et un fiancé.

Je vous invite à lire
3 Commentaires
  • Reply
    Tiffaine
    24 mars 2015 at 16 h 27 min

    Très belle demande, très romantique. Bravo, si tous les hommes pouvez prendre exemple 😛

  • Reply
    Hello(IS)
    28 mars 2015 at 16 h 41 min

    Ouhaaaa
    franchement trop beau !!

    Félicitation à vous deux et à toi pour cette demande. Elle devait être aux anges 😛

  • Reply
    Greg0ry - Le (futur) marié
    29 mars 2015 at 22 h 42 min

    Merci à toutes les deux pour votre message 🙂

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.