Mariage Photographe de mariage

Cahier de photographe : Jonathan Udot

Jonathan Udot

Ce mois-ci, le Cahier du Photographe est dédié à Jonathan Udot. Un trentenaire pour qui la photographie de mariage permet d’être au cœur des relations humaines. Épanoui dans sa vie personnelle et professionnelle Jonathan n’a qu’un objectif : « toucher » et « susciter » des émotions. Je vous laisse découvrir ce reporter de mariage à travers ses clichés masculin et une interview humaine.

Jonathan Udot

Qui es-tu ?

Né en mai 1981, époque où la photo se résumait aux tirages essentiellement (mais génération de transition avec l’ère du numérique), j’ai grandi auprès de mes deux parents et de ma petite sœur en région Nancéienne dans le quart Nord-Est de la France. Mes parents nous ont inculqué pas mal de valeurs et transmis un intérêt certain pour les souvenirs de familles, les albums photos, les vidéos… Et puis j’ai passé mes années d’école à découvrir l’image, le multimédia, l’informatique et j’ai été particulièrement touché par ce qu’un appareil photo pouvait apporter, les émotions que ça pouvait susciter…

Ensuite, j’ai découvert après mon bac le milieu hospitalier grâce à des jobs d’été et mon intérêt pour le côté relationnel avec les autres s’est montré de plus en plus présent. L’envie d’aider, de soigner, d’être là, disponible pour prendre soin des personnes qui en ont besoin m’a mené petit à petit vers le métier d’infirmier.

Lorsque j’ai obtenu mon diplôme d’infirmier j’ai longuement hésité à projeter une carrière dans les relations humaines (ou plus « vulgairement » la « psy ») car j’avais semble-t-il d’après mes profs une certaine disposition et des compétences pour ça mais j’aimais beaucoup trop les soins techniques pour « m’enfermer » dans cette spécialité. Du coup j’ai choisi de développer des compétences dans le domaine de la réanimation. Le côté technique était là et puis la gestion des familles dans des situations de drames m’a permis de m’y retrouver en ce qui concerne les relations humaines.

Parallèlement à ça, pendant mes années de formation, d’un point de vue plus personnel, j’ai rencontré au passage une nana exceptionnelle durant ma formation, nous sommes tombés amoureux (on s’est pas fait mal je vous rassure! Enfin pas trop!), nous nous sommes mariés et aujourd’hui nous avons un p’tit gars qui vient d’avoir 3 ans. L’année de notre mariage, j’ai justement pu me dégager beaucoup plus temps pour personnellement m’investir dans ce qui était devenu une passion : la photo.

Amoureux de la vie et des gens, c’est assez naturellement que j’ai quasi instantanément dirigé mes projets vers du portrait et des reportages auprès des personnes (ce que beaucoup appellent la photo « sociale »), que ce soit des amis, de la famille ou bien même des projets au sein des inconnus dans la rue… J’ai fait aussi bien des séances famille, que nouveau-né (plus spécifique quand même mais j’ai eu la chance de bosser aussi en pédiatrie avec des nouveau-nés alors ça aide!), ou couple. Et puis surtout j’ai eu la chance, dès le début de mon activité pro de pratiquer rapidement des mariages (surtout en tant que second mais aussi à titre personnel), et ça m’a tout de suite énormément plu. Je retrouvais tellement ce contact si privilégié que j’ai à l’hôpital avec les gens.

Un choix cornélien s’est alors imposé à moi : infirmier? ou photographe de mariage? Je pratiquais un job que j’adorais et quoi de mieux que d’aller bosser en se disant « j’adore ce que je fais ». Alors quitter ce job qui me passionne??? Jamais de la vie. J’ai donc pris le risque de tenter de vivre de 2 jobs qui sont à l’origine une passion tout en conservant une vraie vie de famille. Pas simple!! Mais je fais encore à l’heure actuelle pour que tout soit organisé au mieux. Aujourd’hui le fait de pouvoir pratiquer les deux activités à 50% m’apporte un réel équilibre mental et une sensation de bien-être plus importante que si je n’en pratiquais qu’une des deux. Et puis ça en fait un véritable atout dans ma façon de tourner mon reportage en images.

Quelles sont les contraintes pour un photographe durant un mariage ?

D’abord, il faut toujours être toujours prêt à photographier (carte mémoire, optique, réglages…) car chaque moment, chaque seconde est importante. J’essaie toujours d’anticiper les mouvements et les scènes quand c’est possible. Evidemment beaucoup de moments à ne pas rater sont prévisibles comme les moments tendres pendant les préparatifs, la rencontre des mariés, l’entrée dans l’allée du lieu de cérémonie, l’échange des alliances, la sortie du lieu de cérémonie mais il faut aussi se tenir prêt pour les « impros » car on a face à nous des personnes avec des réactions émotionnelles dans des forts moments. Autant dire que tout est réuni pour vivre des moments forts à ne pas manquer. Les petites choses à ne pas manquer auxquelles j’apporte personnellement le plus d’attention sont : les accolades avec les amis et la famille et puis la partie couple plus intime à « l’abri » de tous les invités pour avoir un seul moment à eux pendant quelques minutes… Bref! Il faut être sur le qui-vive tout le temps et du coup enchaîner parfois 16 heures sans avoir une seule minute pour soi, c’est pas facile. Ca demande donc beaucoup de concentration tout en restant suffisamment décontracté pour se fondre dans la masse d’invités. Au moins on sait pourquoi on est épuisé en quittant un mariage!

Ensuite, nous pratiquons un métier où la rigueur est à mon sens indispensable pour la sécurité du reportage. (Pour moi ça change de la sécurité du patient mais ça reste aussi primordial à moindre échelle car je n’envisage pas une seconde de me trouver dans l’impossibilité de rendre des images un jour)

Enfin, nous sommes inévitablement confrontés à des situations de stress (que ce soit pour vous ou pour les mariés), des invités qui s’improvisent photographes et vous disent comment vous devez travailler, la répétition des mêmes blagues usantes plusieurs fois chaque semaine souvent associés à la réputation très moyenne que détient la photo de mariage jusqu’ici, des personnes désagréables qui vous rendent la vie dure… Parmi toutes ces situations, il est important de ne pas prendre pour soi, de garder son sang-froid et son sourire tout en étant carré, pro et diplomate. Et surtout ne jamais oublier qu’on a face à nous des humains, et qu’on peut toujours prendre un peu de recul et expliquer calmement les choses.

L’exemple typique de remarque que vous entendez à longueur de journée lorsqu’il fait beau : « C’est quoi ce photographe? Il les a tous mis à contre-jour!!! ». Heureusement ce n’est pas souvent dit ainsi mais ça arrive. Dans ces cas-là j’essaie toujours de leur expliquer en deux secondes qu’un contre-jour n’est pas une photo loupée contrairement à ce que la plupart des gens pensent. J’ajoute même le plus souvent « Ce sont mes photos favorites et souvenez-vous bien de ce moment lorsque vous verrez les photos. Je tiens le pari que ce seront également vos photos préférées pour la plupart! »

Tu es plutôt bière, cocktail ou verre d’eau ?

Bière. Boire un verre entre amis et rire des conneries des uns des autres est un excellent moyen de se détendre… Je dis ça je dis rien!! Bon sinon pour me détendre la micro sieste du début d’après-midi c’est bien aussi et puis ça reste moins sur les hanches! 😉

Qu’est ce qui justifie un prix pouvant aller jusqu’à 3500 euros de certains photographes ?

Ahhhhh la question du prix!!! Toujours un vaste sujet !!! Avant toute chose, évidement il faut comparer ce qui est comparable. Si le tarif de 3500€ inclut la couverture du mariage, mais qu’il inclut aussi des options telles que séance engagement, soirée, album, tirages, Day after, ce sera bien différent de 3500€ pour un reportage sans option. Il faut bien sûr que le support (uniquement papier ou fichiers HD sur un DVD, une Clé, dans une galerie sur le web) et le nombre de photos livrées soit équivalent pour comparer.

Ensuite, mais c’est peut être ma façon de voir les choses, on est toujours trop cher pour quelqu’un. Vous pouvez proposer un tarif à 800€ avec des options et vous serez trop cher pour ceux qui ne correspondent pas à votre client type. De même, vous pouvez vous positionner à 3500€ et finalement entendre rarement que vous êtes trop cher parce que les personnes qui s’adressent à vous sont principalement vos clients-type et qu’ils ont bien conscience de ce qu’ils paient (qualité des photos, des supports mais aussi et surtout du service qui va avec).
Achetez par exemple un modèle de voiture type Low-cost, je ne crois pas que vous aurez les mêmes options que sur une voiture dans une marque qui se situe plus dans le haut de gamme, et encore moins les services associés à cet achat. Pourtant ça restera un moyen de locomotion avec 4 roues et un moteur dont le même permis de conduire sera utile. Ce qui compte est de savoir pourquoi vous mettez tel budget dans tel produit/service. Je ne dis pas que celui qui vend ses services à 800€ est mauvais ou « pas cher », mais juste qu’il ne s’adresse pas aux mêmes clients que celui qui vend une prestation à 3500€

Enfin, le prix d’un photographe est celui qu’il s’est fixé pour en vivre à la hauteur de son investissement personnel et il tient bien sur compte d’une certaine assurance, réputation du photographe en matière de qualité.
Donc pour en revenir à la question de départ si le photographe assure à chaque mariage sur le reportage entier, qu’il s’investit convenablement auprès de ses clients avant, pendant et après le mariage et qu’il s’est fait une réputation en béton pendant ces dernières années avec des reportages entièrement maitrisés et mis en valeur, alors je ne suis pas du tout surpris par ces tarifs.
Si en revanche à ces tarifs, il arrive le jour du mariage, appuie sur le déclencheur sans compter (et surtout sans échanger avec les mariés et leur famille) puis envoie dans les jours qui suivent un seul lien vers une galerie avec 2500 photos en Haute définition, c’est bien différent. Je grossie volontairement le tableau mais ça permet de comprendre un peu mon raisonnement.

Comment rester à jour tant sur la technique que la mode ?

Etre à la mode c’est un peu faire comme tout le monde donc ce n’est pas ce que je recherche personnellement et je crois qu’aujourd’hui beaucoup de photographes de mariage pensent ainsi et tant mieux.
Pour ce qui est de la technique une fois que c’est acquis c’est acquis. C’est comme le vélo. Finalement la technique pourra évoluer comme elle veut. La photo reste la capture d’un moment sur un capteur ou un film.
Ce qui nous fait avancer à mon sens c’est plus nos sources d’inspiration, notre pratique, notre fraîcheur et notre capacité à créer de nouvelles images. Personnellement comme je l’ai dit plus haut, j’aime m’inspirer de mon premier job mais aussi de la musique, des playslists que j’écoute en post-traitant par exemple.
Enfin ce qui est important je pense pour être « à jour », c’est de sans cesse pratiquer, pratiquer, pratiquer…

Jonathan Udot en 3 liens

Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-028 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-027 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-026 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-025 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-024 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-023 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-022 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-021 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-020 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-019 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-017 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-016 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-015 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-014 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-012 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-010 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-009 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-008 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-007 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-006 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-005 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-004 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-003 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-002 Photographe-Mariage-Marié-Homme-Jonathan-Udot-001

Je vous invite à lire
3 Commentaires
  • Reply
    gaelleB
    29 octobre 2015 at 15 h 04 min

    Partager un moment de sa vie avec Jonathan Udot est quelquechose d’inoubliable. Si on pouvait, on en redemanderait toutes les semaines !! Supers moments et supers résultats. Je me replonge dans l’album obtenu très souvent !

  • Reply
    Marionette
    30 octobre 2015 at 13 h 05 min

    Sympa comme tout l’interview.

    Par contre Gregory, c’est un peu toujours les mêmes styles de photographes nan ?

    • Reply
      Greg0ry Le marié
      31 octobre 2015 at 11 h 52 min

      Hello Marionette,

      Merci pour ton commentaire.
      Tous les photographes avec qui je collabore ont un style propre. Ils ne se ressemblent en rien, ni en terme de prise de vue, ni en jeux d’éclairage, ni même en post traitement.
      Néanmoins pour aller dans ton sens, il est vrai que je sélectionne souvent des photographes dit « alternatifs ».

      Au plaisir de te lire

    Laisser un commentaire