Diamant

Diamants

Le diamant et ses caractéristiques

Indomptable gemme, la légende présentait le diamant comme étant un “éclat d’étoile”. Cette pierre précieuse d’exception renferme bien des mystères, dont une partie est révélée à travers ses caractéristiques. Les 4C font partie des principaux critères de classification de la pierre. Zoom sur ces éléments qui présentent le mieux la carte d’identité du diamant.

Le diamant, reine des pierres précieuses : présentation

Le mot diamant est issu du grec ancien « adamas » qui signifie « indomptable ». Parmi toutes, le diamant est la pierre précieuse présentant la composition la plus simple. Il s’agit d’une forme métastable du carbone lorsqu’il est soumis à des conditions normales de pression et de température. Lorsque la pierre est placée sous atmosphère neutre et soumise à 1100°C, elle se transforme en graphite. Le diamant peut parfois présenter quelques traces d’azote (jusqu’à 0,20%) et d’autres impuretés.

Souvent associé à la lumière, le diamant reste une pierre précieuse hautement symbolique : amour, pureté, pouvoir, force, innocence, sagesse, incorruptibilité, sincérité… Ses propriétés physiques, chimiques et optiques sont les plus élevées de toutes les pierres gemmes.

Pour mieux comprendre :

  • Formule brute : C (carbone pur)
  • Éclat : adamantin
  • Pléochroïsme : aucun
  • Biréfringence : absent Transparence : transparent
  • Système cristallin : cubique
  • Dureté sur l’échelle de Mohs : 10 (il doit son extrême dureté à ses liaisons atomiques très courtes).
  • Indice de réfraction : 2,407 – 2,451 (en fonction de la longueur d’onde de la lumière)
  • Spectre d’absorption : 415,5 nm – 594 nm
  • Dispersion : 0,044 Densité : 3,51 – 3,53
  • Température de fusion : 3 546,85°C
  • Solubilité : le diamant est insoluble dans l’eau, les bases et les acides
  • Formes cristallines du diamant brut : les plus importantes (octaèdre, dodécaèdre, cube et rhombododécaèdre)
  • Cassure : conchoïdale (franche et lisse dont l’aspect rappelle celui d’une coquille)
  • Les couleurs possibles : incolore, jaune, brun, cognac, gris, noir, rouge, bleu, rose, violet, orange, etc.

Principales caractéristiques du diamant : les 4C

En joaillerie notamment, les diamants sont issus d’un processus de sélection très rigoureux et sélectif. Ce dernier repose sur des critères qui font la pierre. Ceux-ci définissent l’identité de la gemme et influencent de façon considérable son prix. Les principaux critères d’évaluation du diamant sont définis en anglais comme étant les « 4C ». Ils restent indissociables dans la détermination de la valeur d’un diamant.

Le Poids – Carat

Le carat métrique (c.m.) est l’unité de mesure spécifique aux gemmes. Il indique sa masse ou son poids. C’est lors de la quatrième Conférence Générale des Poids et Mesures de 1907 que le carat métrique fut défini. Il reste toutefois classé hors du Système International d’Unités.

Le mot carat provient de l’hébreu « haroûv », un rappel au caroubier. Les fèves de cet arbre dioïque originaire des régions méditerranéennes, servaient anciennement d’étalon de masse pour la pesée des gemmes. Un carat correspond à 0,20 gramme. Chaque carat est égal à 100 points. Ainsi, un diamant de 0,75 carat est un diamant de 75 points.

La Couleur – Color

La couleur est l’un des critères 4C les plus facilement distinguables à l’œil nu. Il existe deux catégories de diamant. Les pierres incolores, dit « blanches », sont évaluées selon une échelle de couleur internationale. Elles traduisent une absence de couleur (colorless) et restent très recherchées sur le marché diamantaire. Ci-contre, l’échelle de classification de la couleur selon les chartes du Gemmological Institute of America (G.I.A.) :

  • D « Blanc exceptionnel + » à E « Blanc exceptionnel » : le diamant est incolore et devient presque invisible une fois placé sur un support blanc. Il reste très recherché dans la Haute-Joaillerie.
  • F « Blanc extra + » à G « Blanc extra » : la pierre présente une belle couleur blanche et est souvent utilisée en bijouterie classique et joaillerie.
  • H « Blanc » : la gemme dévoile une teinte nette suite à une observation latérale plutôt que faciale.
  • I à J « Blanc nuancé » : le diamant présente une légère teinte qui commence à être visible de face.
  • K à L « Légèrement teinté » : on peut facilement observer de face la couleur de la gemme.
  • M à Z « Teinté » : on remarque clairement 4 degrés de teinte jaunâtre sur la pierre.
  • Au-delà du Z : il s’agit de diamants de couleur ou « Fancy colors », avec des couleurs beaucoup plus prononcées.

Les diamants de couleurs présentent des teintes particulières. Plus elles sont intenses, plus les gemmes gagnent en valeur. Ces couleurs sont souvent dues à des défauts de cristallisation du carbone, à la présence d’impuretés ou d’éléments étrangers dans la pierre (comme le bore). Le prix au carat d’un diamant de couleur peut atteindre des sommets.

  • Diamant bleu, gris : bore
  • Diamant jaune, orange : azote
  • Diamant vert : rayonnement d’uranium
  • Diamant noir : carbone graphite
  • Diamant rouge, rose, violet : défaut lié à l’hydrogène, etc.

Toutefois, les diamants fancy présentent des intensités de couleurs variables, comme le montre cette classification :

  • « Fancy Light » – clair
  • « Fancy » – normal
  • « Fancy Intense » – intense
  • « Fancy Vivid » – vif
  • « Fancy Dark » – sombre
  • « Fancy Deep » – profond

La Pureté – Clarity

Le critère de pureté définit la présence ou non d’inclusions dans la pierre, à savoir des impuretés. Elles peuvent être de différentes formes (solides, liquides, gazeuses…). Plus le diamant est inclusé, plus il perd de la valeur. Mais pour rappel, un diamant nature 100% pur n’existe pas. Un diamant est alors dit pur lorsqu’on ne décèle aucun défaut avec un grossissement x10 à la loupe diamantaire binoculaire.

L’instrument doit être à la fois aplanétique (donnant une image non déformée sur le plan optique) et achromatique (laissant passer la lumière blanche sans la décomposer). Il est également possible d’observer les inclusions du diamant au microscope. La pierre, propre sur elle, doit être observée avec un éclairage adéquat (notamment avec une lampe à lumière froide).

La qualité de la pureté du diamant tient compte du nombre d’inclusions, leur taille et leur position sur la gemme. Ces facteurs définissent ainsi l’échelle de pureté du diamant selon des codes internationaux :

  • IF (Internally Flawless) ou FL (FlawLess) : absence de toute inclusion visible à la loupe avec un grossissement (x10). On parle également de diamant « pur à la loupe x10 » (loupe Clean – LC).
  • VVS1 – VVS2 (Very Very Small Inclusions) : de très minuscules inclusions très difficilement visibles à la loupe x10.
  • VS1 – VS2 (Very Small Inclusions) : de très petites inclusions difficilement visibles à la loupe x10.
  • SI1 – SI2 – SI3 (Small Inclusions) : de petites inclusions facilement visibles à la loupe 10 X. Elles restent toutefois invisibles à l’œil nu avec une observation à travers la couronne.
  • P1 – P2 – P3 : des inclusions très facilement visibles à la loupe x10 et observables à l’œil nu. Elles peuvent affecter la brillance du diamant.

La Taille – Cut

On parle de fini de la taille. De lui, dépend le degré de beauté du diamant. En effet, la taille ou forme de la gemme définit sa sculpture, son poli et sa finition. La taille vise à améliorer les propriétés optiques du diamant afin qu’il puisse refléter la lumière sur l’ensemble de ses facettes et briller de mille feux.

La taille du diamant incombe à un professionnel aguerri : le lapidaire. Du fait de sa très grande dureté, un diamant ne peut être taillé que par un autre diamant. Il existe différentes formes de taille du diamant :

  • Brillant rond : c’est la plus célèbre de toutes. Créée en 1919 par Marcel Tolkovsky, un ingénieur et diamantaire belge, la taille brillant-rond comporte 57 facettes. Elle est la base de la taille moderne.
  • Princesse : avec ses 74 facettes, elle fut créée en 1963
  • Haute Lumière : avec pas moins de 146 facettes, cette taille vit le jour en 1965
  • Royal 144 : elle comporte 144 facettes et fut initiée en 1970

Il existe des tailles à facettes (ovale, poire, marquise, cœur…), des tailles à degrés (émeraude, baguette), des tailles en rose (écu, rose couronnée, rose anversoise…), etc. L’International Diamond Council (IDC) a défini en 1978 les normes conférant au diamant, le plus de réfraction possible. Une fois taillée, la gemme se compose de 4 parties : la table, le rondiste, la culasse et la couronne. Les proportions du diamant déterminent la manière dont sera reflétée la lumière dans la pierre. Les laboratoires internationaux (GIA, IGI, HRD et AGS) ont ainsi mis au point une classification de la qualité de la taille brillant-rond :

  • Ideal cut pour idéal
  • Excellent cut pour excellent
  • Very good cut pour très bon
  • Good cut pour bon
  • Fair cut pour assez bon
  • Poor cut pour médiocre

Les critères 4C constituent des éléments incontournables dans l’identité du diamant. Mais comme toujours, cette pierre précieuse riche en ressources, n’a pas encore fini de dévoiler tous ses mystères.

Voila, vous êtes maintenant un PRO du diamant !

Pas de commentaires
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.